******CHIM U'NG TAO****** Arts Martiaux Internes et énergétiques

09 octobre 2019

Sifu Zhang Zhankui, fondateur de l'école...

timg

 

Zhang Zhankui (Zhang zhao dong) est né en août 1865 dans le village de Houhongyan, comté de Hejian, province de Hebei. Il appris tout d'abord la boxe de shaolin. En 1877, Hebei était en sécheresse. En raison de son gagne-pain, à l'âge de 12 ans, il a été contraint de quitter son pays d'origine et de se rendre à Tianjin pour gagner sa vie. Recommandé par des amis, il rencontra M. Liu Qilan.

 Durant l'été de Guangxu (1881), lorsque Zhang vendit des pastèques, il fut volé par des tyrans de la ville et commença à utiliser les arts martiaux. Il était en colère et s'en prit à de nombreuses personnes et fut recherché par le gouvernement, mais heureusement, il était un homme du comté. Il fut libéré sous caution et recommandé à Dong Haichuan.

 À cette époque, Dong Haichuan avait déjà 84 ans. En fait, Zhang étudia la technique des huit trigrammes avec Cheng Tinghua disciple de Dong qui mourut peu après. Plus tard, Zhang Zhankui et Yin Fu, Cheng Tinghua, Liu Fengchun, Ma Gui, Ma Weiqi, Song Shirong et Liu Dekuan ont également été appelés les "huit disciples" de la deuxième génération des Huit trigrammes. 

 Au cours de la vingt-sixième année de Guangxu (1900), les forces alliées des huit puissances ont capturé la capitale, Cheng Tinghua a été abattu et Zhang Zhankui est retourné à Tianjin. En 1911, il a participé à la création de l'Association des guerriers chinois de Tianjin et a été entraîneur.

 En septembre 1918, conjointement avec Li Cunyi, plus de dix personnes, dont Han Muxia, Li Jianqiu, Liu Jinqing et Wang Junchen, se rendirent à Pékin pour participer à la "Conférence Wan Guo Saiwu" organisée dans le parc Zhongshan.  Les journaux nationaux, Beijing et Tianjin et de nombreux autres journaux et périodiques en parlèrent. Dans ses dernières années, Zhang Zhankui fut apprécié  par son apprentissage à Tianjin.

 Zhang Zhankui participa à la Conférence nationale des jeux d’art de 1929 à Hangzhou, aux Jeux de Shanghai de 1930, aux Jeux de 1933 à Qingdao en Chine septentrionale, aux 5èmes Jeux nationaux à Nanjing, au 2e examen scientifique national et aux 18e Jeux de Tianjin en Chine septentrionale. Sur l'invitation de Zhang Zhijiang, directeur du musée d'État central de Nanjing, il a exercé les fonctions d'arbitre en chef ou de juge.

 En plein été de la 27e année de la République de Chine (juillet 1938), il est décédé d'un cancer de l'œsophage à Tianjin à l'âge de 73 ans. Tout au long de sa vie, il a enseigné à des milliers de disciples, dont Wang Junchen, Liu Jinqing, Yan Zhihe, Li Jianqiu, Zhao Daoxin, Jiang Rongzhen, Qian Shuzhen, Zhang Yuting et bien d'autres. Il a grandement contribué au développement et à la diffusion du Xinyiquan et du Ba Gua.

 

 

 

 

Posté par chimungtao à 16:17 - Permalien [#]


25 septembre 2019

Le salut...

 

Saluto02

 Comme tous les animaux, l'homme s'exprime aussi par des gestes pour se faire comprendre par ses semblables. Au cours de la civilisation, l'homme a codifié ses gestes. Les gestes codifiés de la vie quotidienne sont également empreints d'un symbolisme profond. Le fait de dire "bonjour" et de tendre la main avec un sourire, plus ou moins comme une façade, correspond à l'acte de présenter une main vide et sans arme. 

La salutation comme un rituel:
Comme nous l'avons vu, le salut exprime une manifestation d'amitié, mais aussi un geste de respect et d'hommage à un certain "rituel". Et c'est cette conception du rituel qui donne au salut la fonction d'ouverture (et de fermeture) de tous les moments des pratiques des arts martiaux ainsi que des pratiques du tao. En tant que rite, le message d'accueil définit une mesure, définit les règles dans lesquelles une activité se déroule, une discipline. Sans ces préceptes, l'activité humaine se déroulerait sans "limites". Le rituel est l'élément modérateur qui limite les excès et assure l'harmonie. Sans le rituel, il ne reste que l'arrogance et l'incapacité d'obéir aux règles.

Les cinq respects:

La salutation est le signe extrême du respect de toutes les traditions, elle est la clé essentielle des pratiques du Tao. La richesse symbolique du salut rituel  incarne les différents aspects de la pratique et est le gardien des "Cinq respects" pour perpétuer la tradition:

• respect de la pratique
• respect de l'outil de la pratique
• respect de l'espace de la pratique
• respect de l'enseignant
• respect des étudiants

téléchargement

 

 

Posté par chimungtao à 18:11 - Permalien [#]

07 août 2019

Saison...

Nous sommes en saison "Métal"...

Posté par chimungtao à 12:16 - Permalien [#]

29 juillet 2019

Etat de notre planète...


123

29 JUILLET 2019 C’est la date où les écosystèmes de la Terre n’arrivent plus à se régénérer.

Le jour du dépassement, calculé chaque année par le club de réflexion Global Footprint Network, tombe le 29 juillet 2019. Après cette date, l’humanité vit à crédit. Cela signifie «qu’à l’échelle de la planète, nous avons pêché plus de poissons, abattu plus d’arbres et cultivé davantage de terres que ce que la nature peut nous offrir au cours d’une année», résume le WWF France, partenaire de l’initiative pour l’Hexagone. Cette date indique également qu’à partir d’aujourd’hui, la planète, au moyen de ses différents écosystèmes (forêts, sols, océans et lacs), n’est plus capable d’absorber les émissions de dioxyde de carbone de l’humanité qui vont, de ce fait, s’accumuler dans l’atmosphère et augmenter l’effet de serre. En 2018, le jour du dépassement était le 1er août. Au début des années 1970, cette date coïncidait avec la fin de l’année. Mais depuis près de cinquante ans, elle est de plus en plus précoce. À tel point, qu’il faudrait maintenant 1,75 terre pour satisfaire aux besoins de l’humanité. Sce Le figaro.

Au rythme de son histoire, une population humaine en augmentation constante, la consommation par habitant et les inégalités économiques ont modifié ou détruit les habitats naturels. La longue liste d'impacts comprend:
- Défrichement pour l'agriculture, l'exploitation forestière et la colonisation
- Introduction d'espèces envahissantes
- Émissions de carbone responsables du changement climatique et de l'acidification des océans
- Toxines qui altèrent et empoisonnent les écosystèmes. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature, qui maintient une liste des espèces menacées et en voie de disparition, le spectre de l’extinction plane sur environ 41% des espèces d’amphibiens et 26% des mammifères, nous sommes sur la liste d'attente...

 

 

Posté par chimungtao à 11:16 - Permalien [#]

17 juillet 2019

Saison...

Nous sommes en inter-saison "terre"...

Posté par chimungtao à 20:53 - Permalien [#]


28 juin 2019

Canicule...

50B3666145BCB90AE0D0A064414D00FA

Plus on a chaud et plus on veut du froid, c'est un cercle vicieux prenons par exemple les climatiseurs, réfrigérateurs...ils procurent certes du froid pour notre bien être mais rejettent l'air chaud à l'extérieur créant encore plus de gaz à effet de serre. Nous sommes de plus en plus nombreux sur cette planète a produire cette chaleur pour nos besoins (véhicules, appareils, usines, avions, etc...) créant certes un confort immédiat mais l'addition finale sera lourde et irrémédiable. 

Les températures de la planète ne restent plus aujourd'hui dans le juste milieu mais vont vers les extrêmes occasionnant des désordres qui vont augmenter dans les années à venir dans leur intensité et gravité donc il faudra y faire face et s'y préparer, hélas les plus faibles ne seront pas épargnés...

Posté par chimungtao à 17:06 - Permalien [#]

26 juin 2019

Sport et chaleur...

L'eau représente le principal constituant de notre organisme soit 60 à 70% de notre masse corporelle. Ainsi, un sujet pesant 70kg contient environ 42kg d’eau.

La distribution de l’eau dans l’organisme

Cette eau n’est pas figée. Toujours en mouvement, elle se renouvelle en permanence, exigeant des apports hydriques réguliers.

Au cours d'une activité physique vous transpirez, l'équilibre intersectoriel est rompu. La quantité des liquides baignant les cellules musculaires, très sensibles à la déshydratation, diminue. Le travail musculaire n’aura plus le rendement attendu tant que cette masse liquidienne n'aura pas été reconstituée.

Le pire adversaire du sportif est la déshydratation !

L’intérêt de l’eau

L'organisme au cours d’une activité physique, utilise 20% de sa production d’énergie pour le maintien de ses fonctions vitales ; les 80% restant se répartissent de la façon suivante :

  • 25 à 30% sous forme d’énergie mécanique ;
  • 60 à 75% sous forme de chaleur.

Cependant nous sommes incapables de stocker cette production de chaleur. Celle-ci est évacuée par la sueur, qui en s'évaporant au contact de l'air ambiant abaisse la température corporelle, tout en éliminant toxines et sels minéraux.

» La sensation de soif est un très mauvais indicateur de l'état de déshydratation : elle apparaît alors que la déshydratation est déjà de 1% du poids corporel. Des troubles apparaissent : baisse de la pression artérielle, baisse du débit cardiaque donc augmentation de la fréquence du rythme cardiaque, hausse de la température de l’organisme en raison de la diminution du débit sanguin cutané. 

 Une compensation insuffisante de perte hydrique peut entraîner une fatigue importante, un coup de chaleur, des accidents musculaires et tendineux, des calculs urinaires, parfois une insuffisance rénale. Une perte de connaissance peut apparaitre et éventuellement la mort.

Les apports

Chez l'adulte, les apports nutritionnels conseillés en eau, sont de 25 à 35 ml/kg/jour et de 1 litre par 1000 Kcal ingérées. Ils doivent être proportionnels à l’apport calorique.

L’ingestion d’une calorie nécessite l’apport d’un millilitre d’eau. Une ration moyenne journalière de 2500 Kcal implique la prise de 2,5 litres d’eau et bien sûr davantage chez un sportif en activité.

Les pertes

Ces pertes se constatent par l’observation :

  • d’une perte de poids (se peser avant et après une activité physique) ;
  • de la couleur foncée des urines (bilirubine) ;
  • d’une hypotension artérielle ;
  • de la persistance d’une tachycardie (rythme cardiaque plus rapide que la normale) après l’effort ;
  • d’une sécheresse de la peau : traits tirés, cernes, maintien du pli cutané au niveau du dos de la main.

Les besoins en eau 

» La durée et l’intensité de l’activité physique, l’ensoleillement, le degré d'hygrométrie et la température de l'air ambiant, la direction du vent jouent chacun leur rôle dans la mise en route du système de régulation de la température corporelle et des besoins hydriques. 

» En l’absence de ces mécanismes, la température de l’organisme augmenterait de 1°C toutes les 2 à 3 minutes. danger!!!

» Au cours d'une activité physique, les mécanismes de régulation maintiennent la température interne du corps aux environs de 39°C – 40°C en produisant une grande quantité de sueur. Un sujet entraîné produit davantage de sueur qu’un sportif débutant ou irrégulier. Environ 2,5 mégajoules (106 joules) sont évacués pour chaque litre de transpiration excrétée soit 600 Kcal. L'évaporation de la transpiration refroidit la peau donc le sang circulant.

Au cours de vos activités sportives, entraînements ou compétitions, buvez régulièrement et suffisamment, par petites gorgées, 10 à 15 cl toutes les 15 à 20 minutes, une boisson fraîche pour faciliter la vidange gastrique (15°C environ lorsque c'est possible) ou à température ambiante.

 

Posté par chimungtao à 14:37 - Permalien [#]

15 juin 2019

Reflexions...

Les arts martiaux n'ont aucune raison d’être sans un accompagnement spirituel s'ils ne sont pas guidés par une éthique de vie. Ils ne sont alors que la vulgaire expression de la force brutale.

Il faut bien comprendre qu'une pratique ne visant que la destruction d’autrui implique forcement une autodestruction puisque toute chose est liée. Les arts martiaux quels qu'ils soient n'ont pour visée ultime que l’apprentissage du bien être, de la rectitude et d'une éthique supérieur de vie qui accompagne le pratiquant tout au long de son existence. 

Toute école ne transmettant pas ces valeurs inhérentes aux arts de combat ne serait qu'une simple coquille vide et n'enseignerait que de la gymnastique dénuée de sens ou encore pire une pratique qui aurait un effet destructeur sur le « pratiquant » aussi bien sur un plan physique que psychique...

Posté par chimungtao à 16:43 - Permalien [#]

30 mai 2019

L'ancienne académie centrale des arts martiaux de Nankin...(partie 4 et fin)

Le tournoi de 1933:

Le tournoi de 1933 à Nankin fut organisé avec plus de prudence pour empêcher le carnage des précédents. Il s’appelait "Deuxième examen national de Guoshu", ce qui nous donne comme paramètre que le moins connu de 1929 était inférieur à ceci ou que peut-être il n’était pas considéré comme un examen. On dit qu'il y avait 427 concurrents de 21 provinces et 9 femmes.

Parmi les innovations, citons la présence de la boxe occidentale, divisée en trois catégories, ainsi que l’inclusion des femmes dans le tournoi.

Fin de l'Académie en 1948:

Avec l'invasion du Japon et l'avènement de la Seconde Guerre mondiale, le programme national d'éducation martiale a été détruit. L'institut central a dû se déplacer à plusieurs reprises de ville en ville, pour revenir en 1946 à son siège initial. L'institut a été détruit, sans fonds et sans personnes, vers 1948, il a définitivement cessé d'exister. L’Institut de Nankin a laissé une empreinte considérable, rassemblant des enseignants, a été le catalyseur permettant à de nombreux nouveaux artistes martiaux de se faire connaître, de définir une tendance pour toute une génération d’enseignants, de concevoir des concepts unifiés, de produire d’innombrables livres et de faire connaître l’art martial chinois.

 

Posté par chimungtao à 22:55 - Permalien [#]

24 mai 2019

L'ancienne académie centrale des arts martiaux de Nankin...(partie 3)

Le premier tournoi en 1929:

Peu de données sont disponibles sur ce tournoi et passent souvent inaperçues dans les sources historiques. Il a été organisé par Li Jin Lin à Hangzhou et est connu sous le nom de tournoi national de Leitai.

On raconte que c’était un grand événement pour la ville de Hangzhou et qu’un grand nombre de personnes s’étaient rassemblées pour obtenir des billets, ce qui coûtait très cher pour ce type d’événement à cette époque. Les compétitions ont réuni un total de 29 juges, parmi lesquels figurent les noms les plus importants de l'art martial de l'époque: Li Jin Lin (juge en chef), Sun Lu Tang (vice-président du comité des juges), Chu Minyi, Liu Baichuan, Du Xinwu, Yang Cheng Fu, Wu Jianquan, Zhang Zhaodong, Huang Bonian, Han Huachen et Ma Yutang, entre autres . Beaucoup d’entre eux ont également participé à la première journée des manifestations, où il y avait d'innombrables présentations de formes, d'armes et de techniques de Kung Fu.

Les compétitions de combat ont été vécues dans un climat tendu. Les règles changeaient au fur et à mesure que les combats se déroulaient et, en fonction de la situation, par exemple s'il y avait plus de sang ou s'il y avait beaucoup de tirages, les règles ont été modifiées afin de pouvoir continuer le tournoi. Il n'y avait pas de distinction en poids et tous les concurrents ont été divisés en quatre grands groupes. Tous portaient des vestes à la chinoise et des pantalons gris. À la taille, ils portaient des ceintures rouges ou blanches pour se différencier dans la compétition. La confrontation a pris fin lorsque l’un des deux hommes a été mis hors de combat ou a admis sa défaite...(suite partie4)...

Posté par chimungtao à 22:41 - Permalien [#]

16 mai 2019

L'ancienne académie centrale des arts martiaux de Nankin...(partie 2)

Le président de l'académie était Chan Chih Chiang (Zhang Zhijiang), commandant de l'armée du nord-ouest de Feng Yuxiang. En tant que vice-président, Li Jin Ling, instructeur en chef des 4e et 5e armées du Chan Kai Shek, maître de l'épée de Wu Tang, 

En 1928 et 1933, deux événements appelés "examens nationaux Guoshu" ont été organisés. Ils se répartissaient en quatre catégories: combat libre, combat (Shuay Jiao), combat à l'arme légère et combat à l'arme longue. 
Les réunions se sont déroulées sans protection (bien que sur certaines photos on puisse voir une sorte de protection lors du combat avec des armes et des protections impromptues sont mentionnées dans le combat à la main), il n'y avait pas de limite de temps et il n'y avait pas de distinction de poids. Pour le moment, cela pourrait être vu comme une sorte d'UFC mais avec des professeurs et des techniques de Kung Fu.

Certaines sources estiment à 333 le nombre total de concurrents provenant de 17 provinces. On estime que le dernier round a été disputé par environ 150 combattants. On dit traditionnellement que les combats ont été arrêtés lors du dernier round par diverses blessures telles que des fractures et des saignements et que des cas de mort sont même mentionnés. (suite à la partie 3)...

Posté par chimungtao à 22:28 - Permalien [#]

08 mai 2019

L'ancienne académie centrale des arts martiaux de Nankin...(partie 1)

La première association arts martiaux JING WU (1909 à 1924)

Jingwu Sports Association (武 体育) est l'une des premières organisations de masse vouées aux arts martiaux chinois. Il a été fondé par Huo Yuanjia à Shanghai en 1909, et enseignait les arts martiaux comme activité principale. 

Le nom “jingwu” signifie littéralement “l’essence des arts martiaux”. Elle eut une grande influence dans la préservation et le développement des arts martiaux chinois jusqu’en 1924. Cette académie ouverte à tous, y compris aux femmes, fut donc la première à enseigner les arts martiaux traditionnels dans une orientation sportive ou récréative. 

L'ancienne académie (1928 à 1948) ou le grand rassemblement toutes écoles condondues...

academy

L’une des tentatives les plus importantes d’organisation massive, ordonnée et progressive des arts martiaux chinois a été celle qui a eu lieu au cours des années vingt du siècle dernier dans le célèbre institut central Guoshu, créé en 1928 dans le Nankin et servit de prétexte pour organiser et diffuser les arts martiaux chinois dans toutes les provinces. Son organisation aurait débuté en 1927 avec l’aide de certains chefs de gouvernement nationalistes, d’un groupe militaire et d’un nombre considérable d’artistes martiaux. Ce n'était pas seulement l'une des tentatives d'unification et de rénovation des arts martiaux traditionnels chinois, mais aussi l'un des points de rencontre les plus importants des maîtres les plus renommés du siècle dernier et en particulier, en ce qui nous concerne la présence des grand maîtres de notre école à savoir Zhang Zao Dong et Jiang Rong Qiao qui était directeur des publications de l'académie (à savoir que chaque maître enseignant devait écrire obligatoirement une publication sur son école...).

L'une des versions indique qu'après la dernière destruction du temple Shaolin par les seigneurs de la guerre, au cours d'une période de révolte et d'affrontements internes entre 1919 et 1926, le gouvernement a décidé de préserver le patrimoine culturel des arts martiaux et d'encourager le développement physique d'une ville considérée comme faible par le reste du monde. Ainsi, il ordonna la construction d'un institut qui rassemblerait tout ce qui avait trait aux arts martiaux chinois..L'ancien Kung Fu pratiqué généralement par les gens de la classe inférieure, les gardiens, les escortes, les soldats ou les moines avait déjà commencé à se mêler aux théories philosophiques il y a plusieurs décennies et, encouragé par le gouvernement, il devint un moyen d'améliorer la santé de la ville.

 Le concept "d'arts martiaux pour la santé" a commencé à être en vogue après la chute de l'empire, en 1911. Ce concept avait ses bases, car le peuple chinois avait subi de nombreuses invasions et abus de la part de pays étrangers, ainsi que d'innombrables guerres et conflits internes. des millions de morts dans des famines, sans oublier l'effet dévastateur que des années de dépendance à l'opium ont eu sur la population. 
Nankin était alors la capitale de la Chine. Elle a été choisie comme destination de la future académie, qui réunirait les meilleurs enseignants et serait responsable de la diffusion des arts martiaux de manière ordonnée dans toute la Chine. 
Parmi les nombreux maîtres légendaires encore en vie et parmi les lauréats des tournois, un programme standard d'enseignement des arts martiaux chinois a été mis au point. Tout cela a entraîné une modification nécessaire des méthodes et des méthodes d'enseignement. L'art martial devrait être accessible, massif et avec une méthode pratique et progressive.

Dans l'académie, deux écoles différentes de Kung Fu ont été enseignées: l'école dite externe ou Shaolin et l'école interne ou Wudang. Le premier était dirigé par Wang Tzi Ping (pratiquant accompli des styles Shuey Jiao et musulman) et le second, par Gao Zhendong (Kao Chen Tung). Le programme comprenait non seulement l’étude de styles tels que Tai Chi Chuan, Shuey Jiao, Bajiquan, Xing I et Baguazhang..mais aussi des cours de mathématiques, d’hygiène, d’études politiques, etc.L'idée était toujours de former de bons instructeurs de Kung Fu et des citoyens exemplaires. En raison de la volonté de progrès qui régnait dans la société de l’époque, des arts occidentaux tels que l’escrime, la boxe et le combat ont également été introduits. Bien que cela puisse paraître étrange, à l'époque républicaine, la boxe occidentale était à la mode, on peut même trouver plusieurs livres publiés en Chine sur ce sport. On sait que de nombreux artistes martiaux aux idées progressistes l'ont pratiqué. (suite à la partie 2...)

Posté par chimungtao à 22:15 - Permalien [#]

03 mai 2019

Saison "feu"...

Nous sommes en saison "feu"...

Posté par chimungtao à 23:09 - Permalien [#]

26 avril 2019

Le grand maître Jiang RongQiao...

Jiang Rongqiao (1891-1974) est né à Cangzhou, ville de la province du Hebei, l'un des berceaux du wushu chinois. Ses premiers professeurs furent son oncle De Tai et le boxeur Chen Yushan, qui lui enseignèrent le système Mizong quan (boxe ésotérique). Dans le même temps, il reçu une solide éducation littéraire.

À l'âge de 18 ans, il est accepté comme disciple par un maître de Xinyi et de Bagua , Zhang Zhaodong, disciple de Dong Haichuan et créateur du style Xinyi Bagua Zhang . 

Il a également étudié le Taishi Bian (fouet du précepteur impérial) avec Li Yusan, le Taiji Quan avec son ami Tang Shilin et l'épée Wudang avec le général Li Jinglin.

 

En 1920, lorsqu'il travailla à la construction de lignes de chemin de fer, il commença à enseigner la boxe. En 1928, il fonda l'Association pour la perfection des arts martiaux et commença à écrire des livres sur le wushu . Quatre ans plus tard, il a été nommé responsable des publications de l'École centrale des arts martiaux de Nanjing.

Pendant la guerre avec le Japon, il s'est réfugié dans la province d'Anhui, où il a enseigné la littérature classique et l'histoire et a accepté, en même temps, des disciples dans les arts martiaux. Lorsque la République populaire a été fondée, il s'est installé à Shanghai;

À partir des années 60, bien que physiquement diminué et affecté par la cécité progressive, Jiang Rongqiao est resté un combattant redoutable jusqu'à la fin de sa vie. On dit que lorsqu'il était déjà aveugle, lorsqu'il travaillait par deux, il pouvait encore échapper à toutes les attaques de ses adversaires...

Posté par chimungtao à 21:56 - - Permalien [#]

19 avril 2019

Intersaison "Terre"...

Nous sommes en intersaison "Terre"...

Posté par chimungtao à 11:27 - Permalien [#]

14 avril 2019

Réflexions...

 

12805700_570379099793845_7382464368575422377_n

 « Personne n’aime lâcher la proie pour l’ombre. Or c’est dans cette ombre que se cache l’essentiel » R.H

Posté par chimungtao à 19:52 - Permalien [#]

05 avril 2019

A propos: le culte des ancêtres...


culte%20ancetres

Dans les pays asiatiques, on ne rend pas visite à ses ancêtres une fois par an à la Toussaint on les héberge, on leur rend hommage, on les nourrit et on leur fait même des cadeaux… 

Le culte des ancêtres est fondé sur la croyance dans laquelle les ancêtres sont des membres actifs de la société et veillent sur le sort de leurs descendants. Il doit être assuré par le descendant le plus âgé de la branche la plus aînée du clan. On prête généralement aux ancêtres une grande autorité, les dotant du pouvoir d’infléchir le cours des événements ou, d’assurer le bien être de leurs descendants. La protection de la famille est un de leurs principaux soucis. Prières et sacrifices sont les moyens par lesquels, les vivants sont censés pouvoir communiquer avec leurs ancêtres.

Lors de la fête des Morts, célébrée tous les 5 avril, les familles ont conservé la coutume de se rendre sur les tombes de leurs ancêtres pour y partager leur repas avec les esprits ancestraux.

 

Posté par chimungtao à 10:54 - Permalien [#]

03 avril 2019

Les forces...

spiraltao

Il existe une différence majeure entre la force centrifuge et centripète. Pour obtenir la manifestation d'une force centrifuge une simple rotation suffit à la créer. En revanche la force centripète dépend de plus de paramètres, un simple mouvement de rotation ne suffit pas, il faut imposer un autre déplacement, une poussée de la périphérie vers le centre.

Pour aller plus loin dans l'observation de ces mouvements, centrifuge veut dire "Qui fuit le centre", et centripète "Qui cherche à gagner le centre". 

Un mouvement de rotation et un mouvement de traction ou de rapprochement de l'objet de la périphérie vers le centre. Cette traction se fait par diminution du diamètre de révolution, de l'objet, de manière graduelle, selon une ou plusieurs révolutions. L'exemple le plus connu est la baignoire qui se vide, l'eau doit passer par un trou de petite taille. Elle finit par s'organiser et trouver un chemin circulaire afin de rejoindre le centre sous la contrainte de la gravité.

L'exemple de la boule attachée par un filin dont le filin s'enroule autour de son axe de maintient. La boule lancée enroule le filin autour de l'axe et diminue sa propre longueur d'attache à chaque tour. On remarque que la vitesse de la boule augmente à mesure que son diamètre de déplacement diminue...En Bagua, ces forces se manifestent à vous d'en découvrir les subtilités...

Posté par chimungtao à 07:20 - Permalien [#]

29 mars 2019

Citations...

jiang rong qiao

"Connaître les autres relève de l'intelligence, se connaître soi-même est la vraie sagesse. Dominer les autres relève de la force, se maîtriser soi-même est le vrai pouvoir" (Lao Tseu)

Posté par chimungtao à 14:23 - Permalien [#]

24 mars 2019

Les organes...Le Zhi

ZHI(ou Tché)
En relation avec les Reins, l'EAU.
Fonction : Force de caractère et sens des décisions, prise de décision, mouvement et énergie sexuelle.
Correspond à la volonté, à la détermination, à la capacité de réaliser une intention. Il est indispensable pour finir une action, sans se laisser détourner par les obstacles. Il apporte autorité et affirmation de soi.
Son excès produit des acouphènes, diarrhées, palpitations.
Sa déficience produit la peur, un caractère indécis et changeant, le découragement, la démotivation, la fatigue, le manque de vitalité, l’impuissance, la dépression et la soumission à l’adversité.
De la peur; nous en souffrons tous plus ou moins, comme en font foi nos difficultés à exprimer nos émotions. A l’extrême cette peur conduit à la paranoïa.
Lorsque le Zhi s’exprime trop, on observe témérité, tyrannie, entêtement.
Tous ces manques ou ces excès sont des manifestations réactionnelles à des besoins non comblés ou à l’échec de l’expression de soi...

Posté par chimungtao à 12:17 - Permalien [#]